sample-ad

Voyager comme backpaker avec un sac de moins de 5 kg vous semble-t-il hautement improbable ? Pourtant, de nombreuses personnes y arrivent. Comment font-elles ? La décision de voyager léger peut être vue comme une démarche personnelle entreprise pour se sentir plus libre et profiter encore plus de ses expéditions. Pour y arriver, vous devrez faire quelques petits sacrifices et consentir à vous débarrasser de certains préjugés.

Les 3 principales étapes pour voyager léger

Avant tout, et même si la méthodologie exposée ici possède un caractère à portée universelle, il est utile de comprendre qu’alléger sons sac est une mission que l’on se donne et que l’on réalise de façon personnelle, étant donné que chaque backpacker a des besoins et des envies différentes. Pour une efficacité maximale, prenez la peine de suivre attentivement les étapes ci-après en respectant l’ordre dans lequel elles ont été énoncées.

Première étape : faire une liste

pexels-photo-126313.jpeg (2738×1825)La première étape consiste à établir la liste des objets que vous voulez emporter dans votre périple. Cette liste devra être exhaustive et comporter les poids des objets en question. Attention, il faudra absolument tout noter ! Cela inclut votre sac de couchage, et même votre brosse à dents ou encore vos paires de chaussettes. En rangeant ces objets par catégories, vous simplifierez le travail de lecture et de réflexion que vous aurez à réaliser par la suite. En établissant votre liste, gardez à l’esprit que certaines choses passeront plus de temps sur vous (les vêtements par exemple) que dans le sac. Ainsi, votre appréciation du poids de votre sac pourra être plus juste. Il n’est pas nécessaire de noter les produits comme l’eau, la nourriture, le savon, le shampoing, mais vous pouvez en revanche mentionner leurs contenants vides. Assurez-vous de ne pas omettre le moindre gramme !

Deuxième étape : réflexion et suppression

La deuxième étape représente en réalité l’essentiel du travail d’allègement. Au cours de cette étape, vous parcourez votre liste ligne après ligne et réfléchissez à la possibilité de vous passer de certains des objets qui y figurent. Ce travail de réduction (ou d’élimination) est quelque chose de particulièrement difficile, mais il se révèle extrêmement efficace. Vous devrez vous poser à plusieurs reprises les questions ci-après :
  • Aurai-je vraiment besoin de cet objet ?
  • Combien de fois devrai-je m’en servir ?
  • N’y a-t-il pas un autre objet dans ma liste qui pourrait s’y substituer ?
  • Ne suis-je pas capable d’apprendre à m’en passer ?

Étape 3 : rechercher des alternatives

Après avoir ôté des objets de votre liste et décidé lesquels vous voudriez garder, vous devrez ensuite vous demander s’il n’existe pas des solutions de remplacement plus légères à ces derniers objets à travers des questions comme :
  • N’existe rien de pareil et de plus léger en vente dans le commerce et dans les limites de mon budget ?
  • Ne suis-je pas en mesure de fabriquer moi-même cet objet ?
  • N’est-il pas possible d’alléger cet objet en ôtant certains de ses accessoires ?

Quelques conseils pour bien analyser vos besoins

Black and Brown Back PackIl peut être utile de reconnaître que peu de gens (et vous également, en toute probabilité) ont une fois eu à se poser le genre de questions grâce auxquelles on parvient à se débarrasser du superflu. La question de savoir si l’on a réellement besoin de quelque chose ne nous vient que très rarement, sinon jamais. Peut-être avez-vous essayé d’y répondre quelques fois, au moment de faire des achats particulièrement coûteux. Pourtant, si vous voulez réussir votre projet d’allègement, vous allez devoir vous la poser et tenter d’y répondre avec tout ce que cela implique d’interrogations supplémentaires, d’analyses et de découverte de soi. Il s’agira de vous dévoiler à vous-même vos craintes, d’aller au fond de vous, de repousser les frontières que vous avez imposées à votre esprit et d’accepter de vous faire confiance et d’accueillir l’inconnu.

Donnez-vous un objectif

Il est important de se fixer un objectif et il est encore plus important de s’y tenir quoiqu’il arrive. On peut par exemple se dire : « je ne voyagerai pas avec plus de 7 kg ». Une fois que vous l’aurez décidé, vous pourrez établir votre liste et la modifier sans cesse, jusqu’à ce qu’elle corresponde à l’objectif de départ.

L’anticipation

Le travail de réflexion susmentionné ne saurait se faire en deux ou trois jours. Si vous voulez le réaliser de la meilleure façon possible, pourquoi ne pas l’entamer plusieurs semaines ou même quelques mois avant votre départ ? Si vous le faites, vous pourrez par exemple bénéficier des soldes et des fins de série proposées tout au long de l’année.

Donnez la préférence à la polyvalence

Woman Wearing Black Hiking Backpack Standing Near Ancient Cave during DaytimePourquoi prendre deux objets quand on peut prendre un seul objet qui possède les deux fonctions que l’on recherche ? Ainsi, vous pouvez par exemple choisir une paire de chaussures qui se porte aussi bien en ville qu’à la montagne. D’un autre côté, vous reconnaîtrez qu’en dormant tout habillé, vous pouvez affronter des températures bien plus froides que celles auxquelles votre sac de couchage vous permet de faire face.

Emporter moins de vêtements

Une façon efficace de réduire le volume et le poids de votre sac est de ne pas vous autoriser à emporter plus d’une semaine de vêtements. Apprenez que nombre d’auberges ou même de campings vous permettent de faire laver vos vêtements grâce à des machines à laver payantes. En seulement deux heures, vous pourrez reprendre votre route avec des vêtements secs et propres. En choisissant de laver plus, vous pouvez donc vous permettre d’emporter moins de vêtements.

Les pièges à éviter

Toute votre démarche d’allègement peut très vite s’effondrer entièrement si vous ne faites pas attention à certains pièges. Il est facile d’y tomber, aussi faites-y bien attention !

L’achat d’un gros sac

Ne vous y trompez pas : plus votre sac sera gros, plus vous aurez tendance à le remplir. En fait, votre sac à dos devrait être l’objet à acquérir en dernier. Quand vous aurez apprêté tout votre matériel, vous n’aurez qu’à évaluer le volume auquel il correspond en vous servant par exemple de sacs-poubelle (et en ajoutant une petite marge). Ensuite, vous achèterez un sac de ce volume. L’autre façon de procéder est d’acheter un sac d’un volume que l’on trouve suffisamment petit et de tout faire pour arriver à y caser toutes ses affaires.

Ne laissez pas vos angoisses vous troubler

Person Holding Back Pack Walking Black Asphalt RoadLorsqu’on laisse ses appréhensions prendre le dessus, on a inévitablement tendance à en faire bien plus que nécessaire et à remplir son sac de toutes sortes de choses en prévision de ce qui pourrait se passer. En réalité, il est tout à fait possible de marcher en montagne avec une paire de baskets toute simple tant qu’on prend suffisamment garde et qu’on n’est pas chargé d’un sac d’une bonne trentaine de kilos. Il n’est peut-être pas question de se laisser aller aux extrêmes et de compromettre votre sécurité, mais plutôt d’éviter d’emporter le superflu en connaissant bien ses besoins et en écoutant la raison et l’expérience. Combien de personnes sont déjà parties en voyage et revenues avec des objets sans y avoir touché une seule fois ? Vous en trouverez des tas ! Commencez par ôter les gadgets de voyage comme les couvertures de survie ou les lampes de votre liste. En fait, dans la plupart des cas, vous n’avez même pas besoin d’emporter votre trousse de pharmacie. Partout dans le monde, on trouve des médicaments à des prix accessibles. Il est inutile de vous encombrer de toutes sortes de traitements en prévision de toutes les maladies qui sont susceptibles de vous affecter.

Le piège des objets pratiques

Bien entendu, il existe des objets auxquels personne ne peut nier un caractère particulièrement pratique : corde à linge, épingles, jumelles, poches à eau, enceintes portables, boussoles, dictaphones, etc. Mais et alors ? Cela signifie-t-il que vous devez vous en encombrer à tout prix ? Demandez-vous si ces objets sont indispensables. Ne serait-il pas possible de s’accommoder de leur absence ? Et si c’est bien le cas, l’expérience de cette absence serait-elle aussi inconfortable que cela ?

Le piège des objets dont on peine à se séparer

Il peut être difficile de résoudre à se séparer d’un objet que nous avons reçu en cadeau de la part de notre conjoint par exemple. Bien des gens sont prêts à alourdir leur sac rien que pour pouvoir voyager avec ces objets qui leur évoquent tant de souvenirs. Mais réfléchissez plutôt de la façon suivante. En choisissant de ne pas emporter ces objets auxquels vous tenez si fort, vous n’allégez pas seulement votre sac à dos. Vous vous épargnez également certaines inquiétudes. Puisque vous ne risquez pas d’abîmer votre objet ou de vous le faire dérober.

Et en matière de randonnée ?

People Sitting on Green GrassFaire de la randonnée en n’emportant que peu de matériel n’a rien d’impossible et, en fait, cela est même recommandé si vous voulez diminuer votre fatigue et jouir le plus possible de votre expérience de randonneur. Cela peut vous surprendre si vous avez toujours entendu dire le contraire, mais rien ne vous contraint à partir en montagne avec d’énormes chaussures, des bâtons sur ressorts et une tente double -paroi de 3 kg. Une randonnée facile peut tout à fait être réalisée avec une paire de baskets et une bâche en plastique. Et il y a de nombreuses solutions à explorer à ce sujet.

Il serait également bienvenu que vous vous posiez certaines questions. Vous pouvez par exemple vous demander combien de randonnées vous réaliserez, si vous avez la possibilité de dormir dans des refuges ou encore si vous ne pourrez pas louer du matériel une fois sur place. En réalité, les astuces pour faire de la randonnée en toute légèreté ne manquent pas, et vous en trouverez de très intéressantes sur certains forums en ligne.

À propos de chaussures de randonnée

Rien ne vous oblige à porter de hautes chaussures de cuir bien lourdes pour faire de la randonnée. Il est possible de randonner avec des chaussures de course à pied. En fait, les chaussures de course à pied conviennent de façon parfaite à la randonnée. Elles respirent de façon convenable, même si en raison de leur gomme un peu délicate, leur durée de vie n’est pas particulièrement grande. Mais si vous choisissez cette solution, il faudra que vous respectiez certaines règles pour que tout se passe du mieux possible en matière de sécurité et de confort.

  • Un sac léger : si vous voulez vous servir de chaussures de courses, il vaut mieux ne pas avoir un sac un peu trop lourd sur le dos. Autorisez-vous un maximum de dix à douze kilos !
  • Soyez attentif : si vous portez des chaussures de course à pied, vous devrez faire attention aux endroits où vous posez les pieds, notamment dans les passages particulièrement rocailleux. Avec de bonnes grosses chaussures, on ne s’en soucie nullement en raison de l’épaisseur des semelles et de la rigidité de la tige.

Choisir du matériel léger : que substituer à la tente ?

N’avez-vous jamais essayé de vous demander si vous pouviez remplacer votre tente par une solution plus légère ? Il existe trois solutions de substitutions à la tente :
  • Le tarp : qu’est-ce que le tarp ? Il s’agit d’une simple bâche, la plupart du temps rectangulaire, dotée de plusieurs attaches pour pouvoir effectuer des montages de diverses façons. D’aucuns se servent de leurs bâtons de randonnée quand d’autres recourent aux éléments naturels comme les arbres ou les rochers. Monter un tarp requiert une certaine habileté, et vous devrez donc vous entrainer un peu avant d’entreprendre votre voyage. L’avantage du point de vue du gain de volume et d’économie de poids est toutefois non négligeable.
  • Le tarptent : le tarpent se situe entre la tente et le tarp. En choisissant cette solution, vous économiserez le poids des arceaux tout en conservant la facilité de montage et la protection à 360° que vous apporte la tente. La marque Tarptent possède une bonne réputation, mais il faut reconnaître que ses articles ne sont pas particulièrement abordables.
  • Le sursac : si vous vous considérez comme un authentique routard, vous pensez sans doute que le sursac est fait pour vous et qu’il constitue la première solution de remplacement à la tente. Avec un sursac, vous pouvez dire adieu arceaux, aux piquets, aux haubans, aux moustiquaires, ainsi qu’au travail de montage et de démontage. Le sursac est un sac de couchage fait de tissu imperméable ou seulement coupe-vent où vous pouvez dormir avec votre traditionnel sac de couchage thermique classique. Il est caractérisé par une très grande simplicité.

Share this article

sample-ad

Facebook Comments

Post a comment